Skip to content

ūüďļ Les √©crans sont n√©fastes pour la sant√© et le bien-√™tre des enfants

The tv, the portables and the computer systems; Les √©crans sont omnipresentes dans notre vie quotidienne et, d√®s le plus jeune √Ęge, les enfants deviennent quickly addicts et finissent par laisser de c√īt√© all sorts of extra-school actions pour passer plus de temps coll√©s √† leurs √©crans. Pourtant, d’apr√®s une √©tude scientifique, ces activit√©s sont essentielles au bien-√™tre et √† la bonne sant√© des enfants.

Moins d’√©cran et plus d’activit√©s est la cl√© pour les enfants puissent grandir dans les meilleures situations, en bonne sant√© et heureux. Une nouvelle √©tude, printed in BMC Pediatrics et men√©e par l”Universit√© d’Australie du Sud et le D√©partement de l’√©ducation, s’est int√©ress√©e de pr√®s √† cette probl√©matique qui touche una grande partie de la inhabitants mundiale. Les deux objectifs de l’√©tude sont les suivantes : to investigate if the extra-school actions of Australian youngsters differ based on the socio-economic statutes of the household and to look at the affiliation between the frequency of extra-school actions and the well-being of kids issus de favoured.

Pour cella, les chercheurs ont analys√© les donn√©es de 61 759 elevensfrom the 4th 12 months (9 years) to the ninth 12 months (14 years) of scolarit√©, dont 42.6% come from the Moyenne socio-economic class. Les √©l√®ves ont indicated the identify of the times for the week auxquels ils participant √† des extra-curricular actions (between 3pm and 6pm) inform them that the kindergarten apr√®s l’√©cole, les devoirs, les cours de musique, le sport, des organizations pour les jeunes, la t√©l√©vision, les jeux vid√©o, les r√©seaux sociaux, la lecture, les t√Ęches m√©nag√®res, l’artwork et les travaux manuels ou encore la socialization avec des amis; ainsi que leur bien-√™tre En prenant en compte le bonheur, la tristesse, les inqui√©tudes, l’engagement, la pers√©v√©rance, l’optimisme, la r√©gulation des √©motions et la satisfaction de vivre.

L’√©tude a r√©v√©l√© que le activit√©s extra-colaires varient en fonction du statut socio-√©conomique de la famille. Consequently, the kids issus d’un milieu ais√© pratiquent plus r√©guli√®rement the three suivantes actions: sports activities, devotions and studying. Au contraire, les enfants issus d’un milieu d√©favoris√© ont plus tendance √† passer leur temps sur les √©crans: la t√©l√©vision, les r√©seaux sociaux et les jeux vid√©o.

Et le bien-√™tre des enfants dans tout √ßa? D’apr√®s l’Institut Australien de la Sant√© et du Bien-√ätre, les enfants √Ęg√©s de 5 a 12 ans sont dans une √©tape cruciale aussi bien pour leur sant√© que pour leur bien-√™tre. L’√©quipe de chercheurs a alors observ√© A correlation between the extra-school actions and the well-being of kids. Notre √©tude met en √©vidence remark sure extracurricular actions might am√©liorer the well-√™tre des enfants, tandis que d’autres – specifically les √©crans – might alter leur sant√© mentale et physique”says Dr. Rosa Virgara from the Universit√© d’Australie du Sud, auteure principale de l’√©tude. Les √©crans sont una monumental distraction pour les enfants de tous √Ęges. La plupart des dad and mom en attesteront. Et les enfants jouent, regardent la t√©l√©vision ou soient sur les r√©seaux sociaux, il ya quelque selected sur tous les √©crans qui nuit √† leur bien-√™tre.”

√Čloigner les enfants des √©crans est primordial pour leur sant√© mentale et leur bien-√™tre‚Ķ

Dans la soci√©t√© actuelle, il est difficile d’√©loigner les enfants des √©crans, mais il faut r√©ussir √† trouver un equilibre pour ne pas nuire √† leur bien-√™tre et √† leur sant√©. Avoir une ou plusieurs activit√©s en dehors de l’√©cole, qui ne soient pas en relation avec les r√©seaux sociaux, les jeux vid√©o ou la t√©l√©vision, est n√©cessaire.

“C’est actually un d√©fi, d’autant plus que la plupart des enfants ont √©t√© √©lev√©s avec des appareils. Mas si les familles peuvent √™tre plus conscientes des probl√®mes associ√©s aux √©crans, alors nous pourrons peut-√™tre trouver un meilleur equilibre entre le temps pass√© devant les √©crans et d’autres activit√©s extrascolaires”, clarify Dr. Rosa Virgara.

Contrairement √† ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas forc√©ment des activit√©s physiques dont il est query. C’est int√©ressant automobile on pourrait penser que le manque de motion physique √©tait √† l’origine de cela, pourtant nos recherches montrent que faire ses devoirs ou lire – deux activit√©s s√©dentaires – contributor positivement au bien-√™tre, donc c’est autre selected “assured Rosa Virgara, tout en ajoutant that nous avons verified that le bien-√™tre des enfants √©tait plus √©lev√© lorsqu’ils participaient √† des activit√©s extra-scolaires – m√™me s’ils d√©claraient d√©j√† √™tre heureux.”

L’√©tude a √©galement d√©montr√© that la plupart des √©l√®ves regardent la t√©l√©vision environ 4 days pendant la semaine scolaire et passenviron 3 days per week on social networks. D’apr√®s les chiffres donn√©s par l’Institut Australien de la Sant√© et du Bien-√ätre, 1 little one on 7 (as much as 560,000) souffre d’un bother de sant√© mentale et 1 enfant sur 10 poss√®de des niveaux de bien-√™tre pr√©occupants.

“Aider les enfants √† developper a bon sentiment de bien-√™tre personnel est primordial dans l’environnement unsure d’aujourd’hui”, declared Dr. Virgara. “Ce que cela montre, c’est que nous devons trouver des moyens d’encourager les enfants de tous √Ęges et de tous horizons √† s’impliquer dans des activit√©s qui les √©loignent de la t√©l√©vision, des ordinateurs et des appareils mobiles.”

As outlined by the Group Mondiale de la Sant√©, la sant√© is “Un √©tat complet de bien-√™tre physique, psychological et social et non merely l’absence de maladie ou d’infirmit√©.” Quant √† la sant√© mentale, ce n’est pas seulement l’absence de troubles mentale, mais “Un √©tat de bien-√™tre dans lequel un individu r√©alise ses propres capacit√©s, peut faire face au stress regular de la vie, peut travailler de mani√®re productive et est succesful de contribuer √† sa communaut√©.”

‚Ķ however there are social in√©galit√©s face √† la pratique d’activit√©s extra-colaires

Evidemment, les enfants issus de milieux socio-√©conomiques √©lev√©s ont plus de likelihood de pratiquer un sport en dehors des heures d’√©cole. En effet, les √©l√®ves qui pratiquent frequemment un sport ont plus de likelihood d’√™tre optimistes, heureux et satisfaits de leur vie, et de savoir r√©guler leurs √©motions.

Au contraire, les enfants qui jouent r√©guli√®rement aux jeux vid√©os ou passent beaucoup de temps sur les r√©seaux sociaux ont plus de likelihood d’avoir des niveaux de bien-√™tre inf√©rieurs. As l’indique l’√©tude, ils sont moins vulnerable d’√™tre heureux et optimistes et il est most possible qu’ils renoncent √† certains choses.

“Les enfants qui √©taient plus √† risque avaient tendance √† venir de milieux socio√©conomiques defavoris√©s, ce qui point out un besoin √©vident d’un plus grand soutien dans ces domaines”defined Dr. Virgara.Comme bon nombre de ces enfants ont bien r√©agi √† la pratique du sport, les initiatives √©ducatives et le financing continua de programes gouvernementaux tels que les bons de 100 $ pour les sports activities scolaires du gouvernement de l’√Čtat pourraient √™tre de bonnes choices.”

Chez les enfants issus de milieux d√©favoris√©s, plusieurs facteurs peuvent contribute to an inferior good ; Tells that household stress, la mauvaise sant√© mentale des dad and mom, les behaviors parentaux ou encore les ressources limit√©es. D’apr√®s une √©tude australienne, Ils sont deux √† trois fois plus susceptibles de developper des probl√®mes de sant√© mentale. C’est la raison pour laquelle, les chercheurs pointent du doigt l’significance et la n√©cessit√© pour ces enfants de participer √† des activit√©s extra-colaires pour am√©liorer leur bien-√™tre et leur sant√© en r√®gle g√©n√©rale.

The primary downside within the apply of an extra-school exercise “organis√©e” is cout. Sure familles n’ont donc pas le funds pour payer des cours √† leurs enfants et doivent faire face √† d’autres obstacles comme la distance, le manque d’equipement et d’installations ou encore des problemes de s√©curit√© au sein du quartier.

C’est pourquoi des recherches ont show qu’un revenu familial plus √©lev√© est associ√© √† une plus grande participation √† des activit√©s ‚Äúorganis√©es‚ÄĚ, inform que les cours de musique et d’artwork ou des activit√©s dans des golf equipment, and many others… Il a √©t√© prov√© que les adolescents qui pratiquent de telles activit√©s ont une humeur d√©pressive plus faible que ceux qui n’en pratiquent pas.

Il exist √©galement des activit√©s “nonorganis√©es” qui, pour les enfants issus de familles ayant des revenus √©lev√©s, corresponding notamment √† des temps de lecture or les devoirs. Pour les enfants issus de familles aux faibles revenus, ces activit√©s sont plut√īt en lien avec la t√©l√©vision ou les jeux vid√©o.

Alors, il est clara que, selon les milieux socio-√©conomiques, les enfants n’ont pas les memes opportunit√©s in regards to the participation √† des activit√©s extra-colaires, ce qui affect leur bien-√™tre. That they’re bodily or psychological, the extra-school actions doivent √™tre prizes in compte s√©rieusement automobile les √©crans, √† trop grande dose, might develop into nefarious for les enfants.


Rights of copy of the textual content

All rights reserved

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *