Skip to content

«Ce que j’ai toujours idéalisé tourne au cauchemar» : Miss Auvergne declares the reform of the études de médecine générale

La Puydômoise de 25 ans vient d’entamer sa neuvième année de médecine. She borrowed her chemin le plus direct pour exprimer sa colère de ella: «Ce que j’ai toujours idéalisé, ce métier de médecin qui aide les autres, tourne au cauchemar. »

Une année d’internat en plus dans les deserts Médicaux

It’s towards the institution of a four-year-old internship, which can be carried out as a precedence within the medical deserts for the mix of the medication manque in sure territoires. «Là, c’est le coup de trop, appuie-t-elle ella. Ça ne s’arrêtera jamais. »

After a number of weeks, the étudiants en médecine ne décolèrent pas face à cette mesure introduite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

Pourquoi les étudiants clermontois en médecine sont-ils en colère?

Lasse, Anaïs Werestchack determined to function an viewers on Instagram in order that the colour could be completely different for the principals involved.

“Personne ne us perceive. Personne ne sait qu’on est en grève, s’agace-t-elle. Il faut that the inhabitants understands that l’on défend la santé de tout le monde. »

Anais Werestchack (Internship on the whole medication)

Alors, she is muée en lanceuse d’alert pour que son viewers (10.3 ok abonnés) relaie son message. She was redigiged on October 14, dans le practice pour rejoindre la manif devant le ministère de la Santé à Paris. The title is eloquent : “Changing into medication is the best factor once more, not the failings which are the reason for the ache.”

S’il fallait une illustration du mal-être qui transpire des personnels de santé, on l’a devant nous. La jeune femme déroule, her voix chevrotante. « Les soignants sont à bout. » On devine des larmes, between la colère et la détresse. She confessed : « C’était mon rêve et certains jours, je me disque je vais tout arrêter. Plein de jeunes sont dans cette state of affairs. J’ai déjà fait une despair, j’étais proche du burn-out. »

What are the aspirations of the interns on the whole medication in Clermont-Ferrand?

Après six premières années à Clermont, elle rejoint Montpellier et goûté aux urgences, à l’ambulatoire, aux cupboards, au privé, à la pédiatrie. « Rien ne va, jure-t-elle. Tout le monde se plaint tous les jours, dans tous les secteurs. J’ai fait trois companies in an an, il n’y in a pas un où ça va. »

Alors, l’adoption à l’Assemblée, le 27 octobre, du projet de loi et de l’article 23 sur les déserts Médicaux a été vécue comme un énième coup de massue.

« C’est catastrophique, répète-t-elle. When it comes to santé mentale, on est dans une vraie précarité. On a beau I am going to say that I do not want extra, I do not giggle. C’est (la quatrième année) de l’arnaque complet. »

Anais Werestchack (Miss Auvergne 2021)

Parmi les amis et collègues d’Anaïs Werestchack, nombreux sont ceux qui envisagent de rejoindre l’étranger, comme le Québec que fait les yeux doux aux internes français. Voire de tout arreter. Elle-même poses the query alors que le however d’une vie paraît si proche.

Tombée in despair

She revealed avoir frôlé le burn-out et vécu une despair en début d’année alors qu’elle se trouvait dans un service en manque de personnel. « On était quatre internes, on avait deux cooks que étaient débordes. Les infirmières étaient au bout du rouleau, il y avait plein d’arrêts. On s’est retrouvés tout seul pour gérer des sufferers alors qu’on n’en a pas toutes les capacités, on est en formation. J’étais tellement mise en difficulté que j’avais l’impression que j’allais me tromper. On ne peut même pas soigner les gens appropriately. »

Salariat des médecins, prospection des étudiants… Les Départements à la manoeuvre contra les déserts Médicaux

In the long run, the inside understands nicely to come back again from the area of origin, in maison de santé. She sacrificed a lot to pour and arriver. Cet automne, l’air est trop pesont pour être optimiste. “L’avenir est trop sombre”, dit-elle. Si tout était à refaire, elle ne se lancerait sans doute pas dans cette galère. Les mots sont forts, mais l’heure est trop grave. « J’ai peur pour les jeunes, les enfants que ne trouveront pas de médecins. Ça va être dramatique. Quand tout le monde va comprendre l’ampleur, il y aura une révolte. » Miss Auvergne n’a plus envie de sourire.

Malik Kebour

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *