Skip to content

« I by no means returned to Vitalité », dit une ex-infirmière du CHU Dumont, épuisée | Crise en santé in Atlantic

Jensen. Je suis épuisée, je n’ai plus rien à donner. Je suis une maman à la maison, j’avais besoin de me garder de l’énergie pour les enfants.”,”textual content”:”Les situations de travail, c’est trop. On ne peut pas offrir une qualité de soins à nos sufferers et c’est dur sur le ethical, dit TaniaJensen. Je suis épuisée, je n’ai plus rien à donner. Je suis une maman à la maison, j’avais besoin de me garder de l’énergie pour les enfants.”}}”>Les situations de travail, c’est trop. On ne peut pas offrir une qualité de soins à nos sufferers et c’est dur sur le morale, dit Tania Jensen. Je suis épuisée, je n’ai plus rien à donner. Je suis une maman à la maison, j’avais besoin de me garder de l’énergie pour les enfants.

Along with ne pas avoir eu de vacances d’été in 19 years, Tania Jensen souligne avoir trop souvent eu à faire des heures supplémentaires, en raison du manque d’employés sur le terrain.

The groups are trop petites à l’hôpital, clame-t-elle, et les infirmières ne peuvent pas provide les soins qu’elles voudraient donner aux sufferers.

Jensen. Tu arrives avec un pied cassé, c’est pressing, mais tu n’as même pas de soins, tu attends et tu attends. Ça ne devrait vraiment pas être comme cela.”,”textual content”:”[Les patients] sont couchés dans un couloir sans personne pour s’en occuper. C’est la réalité. C’est triste, dit TaniaJensen. Tu arrives avec un pied cassé, c’est pressing, mais tu n’as même pas de soins, tu attends et tu attends. Ça ne devrait vraiment pas être comme cela.”}}”>[Les patients] sont couchés dans un couloir sans personne pour s’en occuper. C’est la realite. C’est unhappy, say Tania Jensen. Tu arrives avec un pied cassé, c’est pressing, mais tu n’as même pas de soins, tu attends et tu attends. Ça ne devrait vraiment pas être comme cela.

enlarge the picture (Nouvelle fenêtre)

Tania Jensen

Photograph : Radio-Canada

Avant de donner sa démission, she affirms avoir tenté d’informer son employeur qu’elle était au bout du rouleau et avait besoin d’aide.

%, mais c’est plus haut que ça ne marche pas, précise-t-elle. On peut se plaindre comme on veut […], mais il n’y a aucun changement qui se fait, zéro.”,”textual content”:”Nos infirmières-chefs sont de notre côté à 100%, mais c’est plus haut que ça ne marche pas, précise-t-elle. On peut se plaindre comme on veut […], mais il n’y a aucun changement qui se fait, zéro.”}}”>We infirmières-chefs sont de notre côté à 100%, mais c’est plus haut que ça ne marche pas, précise-t-elle. On peut se plaindre comme on veut […]mais il n’y aucun changement que se fait, zéro.

The scenario lasts after years and the COVID-19 pandemic has exacerbated it, in accordance with Tania Jensen.

Ça peut tellement être un beau métier

Malgré son choix de changer de carrière, Tania Jensen est catégorique : elle intention intrinsèquement le métier d’infirmière, c’était sa vocation. Elle a quitté l’hôpital strictly in raison des situations de travail.

Ça me fend le cœur, encore, que je ne puisse pas être là pour les sufferers. Mais à un second donné, il faut prendre soin de soi-même, et je ne pourrai jamais retourner là-bas une fois sortieexplain-t-elle. Ça peut tellement être un beau métier. […] J’espère qu’ils [amélioreront] the situations of labor.

« Ce n’est pas de l’argent qu’on veut. On veut soigner nos sufferers comme on est censées le faire. On a kiss d’autres mains. »

A quotation of Tania Jensen

Lorsqu’elle to resign, an individual from the excessive administration of Vitalité n’a communiqué avec elle pour tenter de la retain. Je n’ai parlé à personne de plus haut. J’ai I spoke to my infirmière-chef, then she can also be overwhelmeddit-elle.

selon tania Jensenson départ aurait pu être évité : il aurait failu que la course écoute ses employées dans les dernières années.

Même si le Réseau de santé Vitalité tente de communiquer avec elle, elle n’y retournera pas.

ans. J’ai laissé le nursing au complet. Ç’a été une grosse décision.”,”textual content”:”Je suis partie de là et c’est comme si je n’avais jamais existé. J’étais un numéro, dit-elle. C’est trop tard. […] C’était ma carrière de 19ans. J’ai laissé le nursing au complet. Ç’a été une grosse décision.”}}”>Je suis partie de là et c’est comme si je n’avais jamais existé. J’étais a quantity, dit-elle. C’est trop tard. […] C’était ma carrière of 19 years. I laissez le nursing au full Ç’a été une grosse décision.

Vitalité veut reconquer ses infirmières

Le Réseau de santé Vitalité indicated employee on the time to a brand new mannequin of soins, with plus assist for the infirm équipes.

A peu plus tot cette semaine, the PDG du réseau, the Dre France Desrosiers, avait declared qu’il était doable de convaincre plusieurs infirmières qui ont quitté le navire d’y revenir.

Vitalité is dit plus que prêt à travailler avec le syndicat dans ce file, avait-elle ajouté.

For ailleurs, le quart des infirmières que ont demissionné en 2022 auraient, jusqu’à maintenant, été interrogados sur les raisons de leur départ dans le cadre d’un sondage du réseau.

France Desrosiers en mêlée de presse, entourée de cameras et de micros, dans les corridors de l'édifice de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

La Dre France Desrosiers, chef de la directorate du Réseau de santé Vitalité, on September 15, 2022 in Fredericton.

Photograph : CBC / Jacques Poitras

The president of the Canadian Federation of Commerce Unions, Linda Silas, croit pour sa half que le Réseau de santé Vitalité devra travailler fort to turn into a meilleur employeur.

Toutes les petites provinces ont beaucoup plus de likelihood de turning into des employeurs exemplairesestimate-t-elle. Et là, they’ll have the ability to retain […] le personnel infirmier. On ne peut plus en laisser une s’en aller. Après ça, il faut travailler à récupérer cells que sont events pour pouvoir en attirer de nouvelles.

Pour certaines infirmières, comme Tania Jensenil est déjà trop tard.

Avec des informations de Sarah Dery

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *