Skip to content

“Il est temps de reinvestir la médecine de ville!”

«L’hôpital est sufferer de son succès et se trouve amené à faire des actes qui ne related pas de son niveau de technicité et des moyens qui lui sont consecrés. » SEBASTIEN SORIANO / Le Figaro

FIGAROVOX/TRIBUNE – Confronted with the disaster of the hospitals and the issue of the medical deserts, the members of the assume tank on the way forward for the well being system JENNER developed an ensemble of proposals geared toward restoring the steadiness between the urgencies and the free docs.

Alain Milon is senator and vice-president of the fee des affaires sociales; Bernard Garrigues is an outdated practitioner of hopitaux; Yves Gaubert is an historical directeur d’hôpital; Gérard Vincent can also be a former director of hospitals au ministere de la santé.


Notre país peut s’enorgueillir de disposer d’un sistème efficace de prize en cost des urgencies vitales (polytraumatisés, détresses cardiacas et respiratoires, and so on.…). Les SAMU, qui assurent la régulation des appels et leurs bras opérationnels que sont les SMUR constituent, avec les providers d’urgences des hôpitaux, l’ossature de ce dispositif que nous envient ou ont copié nombre de pays dans le monde.

Peut-on en dire autant de l’accès aux soins non urgents? Les débatos enflammés qui agitent les esprits autour de this query, y compris au Parlement, montrent que toutes les options imaginées à ce jour et qui le plus souvent se contentent de tourner autour du pot faute de braveness sont loin d’avoir réglé le probleme.
After many many years, the prize en cost des pathologies courantes qui related theoriquement de la médecine de ville est de plus en plus assurede par les urgencies des hopitaux publics et privés à however non lucratif. On ne les remerciera jamais assez d’avoir su prendre le relais des médecins libéraux qui ne parviennent plus toujours à faire face à la demand des sufferers. Sans eux une partie de la inhabitants française n’aurait pas accès aux soins.
Les raisons de ce désengagement de la médecine de ville sont connues et se mix les unes aux autres: suppression de l’obligación de participer à la permanence des soins la nuit et le week-end, aspirations du corps médical à une vie personnelle moins astreignante , absence of regulation à l’set up dans ce qu’on a fancy dress d’appeler des deserts medicaux, d’autant plus que cette absence a bloqué pendant plusieurs décennies l’augmentation du nombre d’étudiants en médecine de peur qu’ils aillent s’installer là où les besoins sont déjà couverts.

L’hôpital est en fait victime de son succès et se trouve amené à faire des actes qui ne related pas de son niveau de technicité et des moyens qui lui sont consecrés.

tribune collective

This phenomenon is amplified au fil du temps automotive us concitoyens ont réalisé that les urgencies des hôpitaux constituaient de fait des facilities de santé intégrés avec médecins, mais aussi personnel paramédicaux, laboratoires de biologie et providers d’imagerie. En s’y rendant straight et souvent au prix de longues attentes, ils évitent le parcours du combattant qui go well with la session d’un médecin de ville en les obligeant à prendre rendez-vous dans un laboratoire de biologie et un cupboard de radiologie. Il est clari que de telles pratiques constituent une dérive du système et donnent l’impression que l’hôpital veut tout accapare au détriment de la médecine de ville alors qu’il devrait concentrer son activité sur les actes qui apportent une plus-value par rapport à celle des médecins généralistes. L’hôpital est en fait victime de son succès et se trouve amené à faire des actes qui ne related pas de son niveau de technicité et des moyens qui lui sont consecrés.

Si on veut revenir à des pratiques plus vertueuses et moins coûteuses il faut se demander remark remettre l’hôpital, et en particulier ses urgencies, à leur juste place. Nous avançons deux propositions, which pourront être complétées à situation de ne pas tomber à nouveau dans les discours corporatistes du «toujours plus».
The premiere consists of généraliser, au sein des établissements hospitaliers, des session facilities non-programmées indépendants, sortes d’urgencies non vitales gérées par des buildings professionnelles de libéraux, de sort CPTS, together with paramédicaux en pratique avancée, or opérées straight by them Hôpitaux avec des modes de gestion adaptés, voire par des réseaux de mutuelles ou de cliniques privées. Le however est d’assurer la souplesse de gestion qu’a perdue l’hôpital, en lui permettant de fonctionner avec des professionnels payés selon les régles conventionnelles sans reste à cost.

Obliger de manière arbitraire les jeunes médecins à s’installer dans les territoires en deficiencia de compétences médicales n’est pas la solución.

tribune collective

Les expériences menées sur multipleurs websites show conclusive. La pression sur les providers d’urgence hospitaliers s’en trouve allégée et les équipes travaillent dans de meilleures situations. Le besoin en nombre de postes d’urgentistes, en forte croissance depuis plusieurs années, pourrait ainsi décroître, ou tout au moins se stabilizer, les acts qu’ils réalisent at the moment pour des urgencies qui n’en sont pas se trouvant transferés vers leurs collègues Generalists of non-programmed session facilities. On assisterait ainsi à un juste retour vers la médecine de ville libérale d’une activité dont l’exercice en hôpital ne se justifie pas.

The deuxième proposition consists of calibrating the identify of medical college students with a purpose to s’assurer qu’ils iront s’installer là où existent des besoins at the moment non couverts. Aujourd’hui les étudiants, une fois formés, n’ont pas forcément ship de s’installer dans des deserts médicalaux dont la sociologie ne corresponde ni à leur tradition ni à leur mode de vie. Our proposals donc de réserver a big a part of the posts provided within the contests, on the degree of the problem area, to the scholars who didn’t receive the moyenne, or extra precisely on a degree acknowledged as passable. Ces étudiants recevraient une bourse d’un montant qui se voudra enticing pendant leur cursus, puis à partir de l’internat seraient salariés, en trepartie d’un contrat signed avec les ARS ou les hôpitaux généraux, et qui les conduiraient à s’installer ou rejoindre une équipe hospitalière, là où les besoins are les most importantes.

Ces étudiants seraient par leur Université, en lien avec les hôpitaux de territoire, sous utilisés dans cet objectif pour nombre d’entre eux, et les buildings organisées de médecine libérale, como les maisons de santé pluriprofessionnelles. Ces médecins verraiente assure a degree of remuneration au moins équivalent à celui de la moyenne de leurs collègues put in in surdotées zones with a purpose to permit the financial viability of leur cupboard, qu’ils exercent in particular person or in group.

Notre sistème de santé, classé il ya quelques années par l’OMS, comme étant le meilleur du monde, du fait notamment de sa grande accessibility, se dégrade à grande vitesse précisément sur ce critère d’accessibilité.

tribune collective

Il n’existe no answer miracle permettant de régler la query de l’accès aux soins des Français. Deserrer encore plus le numerus clausus, sans mesure de régulation incitative, pourrait ne conduire qu’à augmenter notre dépense de santé par la multiplication d’actes inutiles réalisés par des médecins qui voudront maintainir un sure niveau de vie en s’installant où ils veulent . Obliger de manière arbitraire les jeunes médecins à s’installer dans les territoires en deficiencia de compétences médicales n’est pas la solución. On ne pilote ni ne régule le sistème contre les professionnels de santé qui ont fait le choix de s’occuper de la santé de nos concitoyens. However between set up obligatoire et régulation incitative, il faut, à notre sens et sans hesitation, select the voie du contrat voluntaire entre les futurs médecins et la collectivité.

Notre sistème de santé, classé il ya quelques années par l’OMS, comme étant le meilleur du monde, du fait notamment de sa grande accessibility, se dégrade à grande vitesse précisément sur ce critère d’accessibilité. Au momento les discussions will bon prepare au sein des réunions du Conseil Nationwide de la Refundación de notre sistème de santé, on est en droit de se suing if the propositions qui seront faites parviendront à distinguish between the probably divergent pursuits of a number of corporatisms. L’essentiel étant de faire prévaloir l’intérêt des sufferers et donc l’intérêt général et ainsi de permettre aux sufferers de retrouver l’accessibilité aux soins qui leur sont nécessaires.

ALSO VIEW – Crise de l’hôpital public: «La gouvernance de l’hôpital est archaïque», dénonce Anne-Claude Crémieux

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *