Skip to content

Inner Drugs and Infectious Illnesses: within the coronary heart of the service on the Dr Home of Nevers Hospital

Le service de médecine interne et infectiologie du Heart hospitalier de l’Agglomération de Nevers at present compte cinq médecins. Ils intervene lorsqu’un malade des pathologies que recuuvrent plusieurs spécialités, ou quand despécialistes n’ont pas trouvé d’explications à des symptômes. A coronary heart and lung drawback for instance. Or a double pores and skin rash because of an ophtalmic drawback. Leur formation leur permet cette globale du corps humain: ils ont d’abord fait le cursus de médecine générale, puis six mois dans chacune des douze spécialités, soit six ans d’études supplémentaires.

Des enquêteurs du diagnostic

« On this a peu des enquêteurs du diagnostic. On half sur plusieurs pistes, on cherche la trigger des symptômes, on regarde s’il n’y en a pas d’autres, on discusses avec le affected person sur ce qu’il a pu faire, they’re environnement of him. On launch varied analyzes and on draw the conclusions in establishing a traitement. Il s’agit souvent de pathologies rares, de maladies complexes ou orphelines, chroniques ou immunitaires. Ça peut aussi être des lymphomes peu connus… La médecine interne, c’est vaste, on ne connaît jamais tout. This can be a lesson in modesty », confides Dr Hama Djerad, who reprises the service and already has a vingtaine d’années, alors qu’il ne comptait plus de médecin.

A service for a number of nationalities

Comme partout dans la Nièvre, il a eu du mal à recruter des médecins français que retent. They’re his crew vient donc du monde entier: Libanais, Tchèque, Haïtien, Algérien, Français… «On m’a même I proposed l’aide d’un confrère Hollandais. C’est un peu l’Un ici », sourit le Dr Djerad, qui domesticate cette diversité, une des forces du service. Certains sont spécialisés en infectiologie ou endocrinologie, en plus de leur casquette de médecine interne ou polyvalente.

Les médecins étrangers au chevet de la Nièvre

Régulièrement, des médecins étrangers viennent faire leur équivalence pour receive le droit d’exercer. Avec succes. «Un médecin grec, par exemple, est venu chez nous pendant six mois à la suite de la crise dans son pays deél. Aujourd’hui, he’s liable for l’Ehpad de Lormes. On peut faire come de loin médecins, compétents, mais qui ont connu des difficultés liées à leur pays, pour les mettre à stage et les accompagner ici. Ils ne demandent qu’à rendre service à tout le monde, et cela permet à la Nièvre de gagner des médecins».

« Comme il n’y a pas de CHU à 200 km à la ronde, ils ont des cas qu’ils ne voient pas ailleurs ».

Dr Hama Djerad (Service Chef)

Le service peut accueillir jusqu’à trois internes, venus de a number of disciplines. « Ils sont souvent surpris qu’il y ait cela à Nevers. Extra ils s’y trouvent épanouis, à leurs dires, evidently comme il n’y a pas de CHU à 200 km à la ronde, ils ont des cas qu’ils ne voient pas ailleurs. Je me souviens d’un étudiant en dermatologie que avait eu un affected person au syndrome de “l’homme ébouillanté”. C’était une réaction allergique et la première fois qu’il en voyait. Pour eux, c’est très formateur et ils gardent de bons souvenirs de leur passage».

Tous nos articles “la santé: notre urgency”

Preuve en est, certains occupent aujourd’hui des posts à responsabilités dans de grandes villes, « Mais ils n’ont pas oublié Nevers. Quand j’ai affaire à eux pour un affected person, ou un service, ils se souviennent et acceptent bien volontiers. The connection of belief is restée ».

On the barre pour gérer le Covid et la variole du singe

The 30 lits du service tournent à plus 98% of tax d’occupation. En toute logique, il a été en première ligne lors du Covid, avec les companies de réanimation et d’urgences. Le Dr Djerad est d’ailleurs référent sur la query dans l’hôpital. Il proceed même d’organiser des séances de vaccination pour les sufferers hyper-allergiques, en les gardant sous surveillance et avec le materiel adéquat. The crew can also be in cost d’organiser les arrivées de sufferers attendeints de variole du singe.

51 individuals vaccinated in opposition to the variole du singe dans la Nièvre, et un seul cas recensé

Parallel to ces deux épidémies, the crew doit proceed to handle a number of missions. « L’infectiologie understands the consultations voyageurs. Nous vaccinations et donnons des conseils pour depart à l’étranger, comme ce qu’il faut mettre dans sa trousse de secours. On gère aussi ce qui est piqure et morsure d’animaux, risque d’exposition à la rage, blessure avec risque de tetanus. Et tout ce qui est accident d’exposition: au sang, avec une seringue par exemple, ou tout ce qui presente un risque de transmission virale: rupture de préservatif, piqûre dans un bar, viol… Pour ces cas-là, on prescrit un I compressed my affected person to keep away from the transmission of HIV. Extra peu de gens savent que c’est attainable. On a additionally une mission d’enseignement auprès du personnel, infirmiers et aides-soignants, notamment avec des levels».

Avec le Covid, la cost de travail a été épuisante. Il nous a mis à genoux, et beaucoup de personnel est parti

Deux médecins assurent 24/24 h the continuity of the service, aidés generally de deux infirmiers et de deux aides-soignants. « On a des moyens limits et des tâches nombreuses, à traiter en urgency. Avec le Covid, la cost de travail a été épuisante, acknowledge le Dr Djerad, il nous a mis à genoux, et beaucoup de personnel est parti », regrette-t-il.

Des partenariats avec de grands spécialistes nationaux

« Mais ce n’est pas parce qu’on est à Nevers qu’on doit avoir des complexes. De grands spécialistes nous sollicititent pour des avis sur des antibiothérapies. On a une relation de confiance avec plusieurs professeurs de niveau nationwide voire worldwide: ils viennent des hôpitaux de Dijon, de Clermont-Ferrand, de Paris: Cochin, Saint-Louis, La Pitié Salpêtrière… Ce sont des consultants dans leur career, on travaille avec eux, et ils connaissent Nevers. Ils viennent parfois même donner des conférences, c’est une vraie bouffée d’oxygène. Et ça apparel des spécialistes jusqu’à Dijon. On a même été cité dans un article scientifique avec de sommités mondiales parce qu’on avait des sufferers, huit cas rares, sur lesquels on les a aidés à mener une étude».

Marlene Martin

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *