Skip to content

“Les hôpitaux de Suisse alémanique offerrent au personnel soignant italien jusqu’à 5.800 euros nets par mois”

ROME – « Des postes vacants séduisants proceed to return from proches de l’Italie qui, strengthened by the necessity to strengthen the well being system pour de nouveaux défis, visent carrément the professionnalisme et la compétence de nos infirmières et remark peuvent-elles se tromper. » Ils communicant depuis le syndicat Nursing Up.

«Après le Tessin – based on the press launch du syndicat – qui apparel de plus en plus de collègues des provinces de Côme, Lecco et Varese et génère un véritable vol depuis des années, nous apprenons d’Web et approfondissons l’info en conséquence , comme nous l’avons fait dans le passé, il est arrivé à maintes reprises que des offres d’emploi directes pour notre personnel soignant viennet également de Suisse alemanique. Dans ce cas, bien sûr, un vrai changement de vie est attendu. Even when the cities with a high quality of three-elevated life like Zurich are geographically three proches of our nations, they do not aurait pas la possibilité, like au Tessin, d’avoir this expertise like within the homes of the decrease Lombards as frontiers ».

«The power of our greatest professionnels à l’étranger – affirms Antonio De Palma, nationwide president of Nursing Up – is a realité that our devons proceed to simply accept and that we can not ignore alors that our well being system is remodeled by the infirmières en une jail de médiocrité, en où les professionnels dissatisfaits et sous-payés sont à l’ordre du jour. Between quarts of exhausting work and gifles dans les urgencies remodeled into tranchées, les soignants en ont assez de poursuivre le rêve de revalorisation qui risque de se transformé en éternelle utopie. Bien sûr, le nouveau contrat nous a donné une lueur d’espoir avec cette allocation particulière, pour laquelle nous nous sommes battus seuls en tant que syndicat sur les locations italiennes, exprimante le tollé de notre dissidence et de notre mécontentement : mais au fond de nous, après avoir laissé un salaire moyen d’un peu moins de 1,500 euros à un sur 1,700 (selon la Cour des Comptes 2020), si l’on tient compte des heures supplémentaires et des primes qu’elles contienne, vu l ‘Augmentation catastrophique du coût de la vie, ce n’est vraiment qu’une comfort, si pas une détérioration important, en particulier pour ceux qui commencent avec un salaire de base inférieur et sans les mêmes heures supplémentaires et incitations. By means of ces ofres d’emploi – poursuit De Palma – on apprend qu’une infirmière Italienne en Suisse Alemanique peut gagner jusqu’à 7’000 francs gross, avec la perspective d’un poste permanente. Faisons calculated. Le coût de la vie en Suisse n’est certainment pas bas, pour l’amour du ciel, mais les logements en ville sont agréables Lucerne, Berne, Bâle, Bade, Aarau, Saint-Gall peuvent être moins chers qu’à Zurich. Imaginons donc les choix de vie d’un jeune infirmier italien de moins de 40 ans, déjà fort de dix ans d’expérience en Italie mais malheureusement précaire: si on se répète, cette first info that our receipts are confirmed, il gagnerait simply round 7 mille Suisses francs bruts par mois, ce qui serait d’environ 5700 francs nets, if on parle d’un chiffre qui serait supérieur à 5800 euros nets par mois au taux de change actuel! Mais en plus, il serait enfin content material d’un CDI ! Pourrions-nous encore avoir le braveness de penser que ce n’est pas vraiment un tournant historique pour une jeune infirmière? Autant que le logement dans l’une de ces villes peut coûter avec ses dépenses de ella, à quel level notre infirmière resterait-elle propre pour vivre dignement? Pouvons-nous nier qu’il pourrait mettre de l’argent de côté pour son avenir de ella? In Italy with 1700 euros nets et peut-être une famille dépendante et un loyer et des prices à payer, à quoi peut-on s’attendre avec les hausses de prix actuelles et l’inflation document ? N’oublions pas les opportunités de carrière, les heures supplémentaires et all ce that the réalité sanitaire suisse gives aujourd’hui à une firmière, par rapport à une Italie qui, entre quarts de travail penibles et pénuries de personnel, devient une « jail de verre » dont on veut s’evader. Malheureusement, le nombre de ceux qui fuient à l’étranger et même de ceux qui sont partis voluntairement est réconfortant face à cette tragique réalité. À ce stade, peut-on vraiment blamer ceux qui choisissent de quitter notre pays pour accepter ces offres d’emploi ? » Fern DePalma.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *