Skip to content

Médecine liberate him in Corse, le défi de l’attractivité

Débats et tables-rondes, à l’initiative de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins libéraux, plusieurs professionnels de santé ont participé à la journée de la médecine libérale corse qui s’est déroulée ce week-end à Bastia . L’event de dresser un état des lieux de l’offre de soins insulaire et des installations de médecins.

A posh puzzle

La Corse has ce jour 320 generalists and 200 specialists, that is clearly not sufficient for a inhabitants of 340,000 inhabitants. For le Dr Antoine Grisoni, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins libéraux, l’enjeu est de taille, l’île a d’indéniables atouts, mais it’s essential that the élus locaux retroussent the manches to imagine des situations d’accueil optimales south leur territory : « D’une certaine manière, l’attractivité des territoires, c’est un marché concurrentiel. Whenever you allez attirer un médecin chez vous, vous savez qu’il manquera ailleurs. Les soignants ne pourront pas tout régler, il faut aussi que les élus de la région, des territoires, les maires, les comcom se retroussent les manches, trouvent des options pour ce qu’on pourrait appealer le assist, You possibly can log in to apply, suggest a job to your youngsters, that your youngsters can go to highschool Sans faire des kilometers. »

The evolution of the métier

Les deserts medicaux progressen en zone urbane comme en milieu rural et la Corse n’est pas épargnée, même si de nouvelles installations de médecins généralistes are enregistrées chaque année. Ce qui change, par rapport aux docteurs qu’ont pu connaître les précédentes générations, c’est l’organisation du travail. Selon Michelle Altana, directrice assistant des soins primaires à l’ARS de Corse, en proportion, a médecin généraliste d’aujourd’hui travaillerait jusqu’à 2,5 fois moins qu’un médecin généraliste d’il already 30 years previous : « Il ya beaucoup de femmes qui arrivent sur cette career, mais que ça soit les femmes ou les hommes les jeunes médecins ne souhaitent pas travailler comme travaillaient les médecins généralistes 10 à 30 ans auparavant. »

Initially from the Hautes-Alpes, Dr. Sophie Desnault-Burle is already 4 years previous dwelling in Cargese. Le choix du rural était pour elle une évidence, après avoir effectué son internat au middle hospitalier d’Ajaccio. L’organisation du travail de ella avec deux frères, dans le cadre d’une maison de santé pluridisciplinary, est, en effet, en section avec sa vie de jeune mère de famille avec la compréhension de ses pacientes de ella: « Je les ai éduqués par rapport à notre rythme, nos tableaux de garde, Le weekend ils savedt quel est le médecin de garde ou alors ils font le 15, le mercredi ils commencent à comprendre que c’est la jour de repos et pour les enfants, il ya una interplay, una confianza qui s’est installée. » In 2022, 5 nouveaux médecins généralistes can be put in on the island. Ils étaient au nombre de 18 en 2021. Ils sont aujourd’hui en tout 320 à exercer la profesion en Corse.

Scarcity of specialists

200 medical specialists in Corse, at this cut-off date, estimate Dr. Serena Guerrini. Cette desnière a suivi sa première année de médecine à Corte, she is in cours d’set up aujourd’hui sur la commune de Patrimoniu. to evoke the difficulties of the quotidien. C’est l’accès aux spécialistes qui rendrait, selon elle, la pratique de la career du généraliste difficile : « On a certaines spécialités où on n’a pas de probleme, on turning on the phone, on a rendez-vous dans la journée or le lendemain, cardiology, pneumology, gastroenterology, orthopedic surgical procedure However after the opposite specialists, once I began to have an issue with you ENT, ophtalmo, ça peut être complicé. The surgical procedure of the principle is extraordinarily difficult in Corse as properly, the Rhumatology, the interior medication__, à l’hôpital de Bastia il already des personnes qui viennent mais they’re pas tout le temps-là, on n’arrive pas à les joindre, il faut departir sur le continent, c’est ça qui complicate extra the prize in cost. »

For the Professor of Reanimation Laurent Papazian, like Dr. Serena Guerrini, 70% of the generalists have been handed by the première année de médecine of the Faculté de Corte, reviennent s’installer et pratiquer en Corse. Ce n’est en revanche pas la meme donne pour les spécialistes et le ratio du retour dans l’île pendant et après leurs theses, est plutôt de l’ordre de 35%. C’est pourquoi, selon le Professeur Papazian, il est elementary de militer activement pour la création d’un Heart Hospitalier Universitaire en Corse. Mais d’ores et déjà il ya la possibilité d’agir pour que les specialistes en desarrollo puisse extra facilement effectuer leur internat dans l’île: « Ils n’ont pas la possibilité durant leur cursus accompli dans les 5 facultés partenaires, d’accomplir des choix d’internes en Corse, donc de percevoir ce que pourrait être leur métier donc c’est là-dessus que nous devons travailler en priorité With out even attending the creation of the CHU, en facilitante les choix qu’ils pourraient accomplir dans les hôpitaux intéressés. It is a negotiation query with the schools and ARS companions, however I assumed that we had simply arrived. Ça serait un complément qui nous permettrait d’avancer, j’en suis convaincu. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *