Skip to content

Pénuria de praticiens et surcharge de travail au coeur du 1er congrès de médecins libéraux de Corse

Le constat est sans appel et fait consensus parmi les médecins libéraux dans la salle: le système de santé est “à bout de souffle” et il n’est plus en measure de répondre de manière satisfaisante à la demand de soins de la inhabitants. Les médecins de l’ile observe et subissent this example au quotidien aux côtés des leurs sufferers: consultations surcharged, délais de rendez-vous à longonge, difficultés d’orientation vers des spécialistes ou vers l’hôpital, anxiété pour les malades qui parfois ne peuvent pas être pris en cost dans des délais raisonnables.

Le système craque sur l’ile comme sur le continent et pour trouver des options à cette crise, les médecins libéraux de Corse reunites ce 19 november à Bastia à l’event de la “Journée de la médecine libérale corse” pour faire un état des lieux sur l’offre de santé et se confronter sur l’urgence de la crise des vocations et la transmission de leur occupation. “La Corse a des contraintes et des difficultés commune au reste du pays mas qui sont aggravées par l’insularité, l’absence d’un CHU et de maitrise de flux internes qui permettent d’anticiper et d’organiser les installations afin d’ essayer d’equilibrer les départs à la retraite.”, clarify to Dr Antoine Grisoni, Médecin Généraliste à Solenzara after 1886 and Président of the Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins Libéraux de Corse (URPS-ML) who will strongly want the premier congress to permit all les praticiens libéraux de l’ile to fulfill and alternate widespread issues. “C”e congrès est devenu une évidence, il y avait la nécessité de faire quelque selected d’un peu international sur l’ensemble de notre occupation qui a beaucoup évolué grace aux progrès technologiques ces dernières années. Yol nous a semblé vraiment nécessaire de tous nous reunir, de poser les problemes qu’on rencontre et de replicate on the options with des intervenants, des specialists, des professionnels qui apportent leur experience.”

In Corse, 45% of medical doctors over 60 years outdated

The primary witness dressed this cellu du manque de nouvelles installations. 45% of the medical doctors over 60 and the secteurs sur l’ile have parce que il already encore des anciens médecins qui travaillent.Dans quelles professions il ya des gens de 75 ans qui travaillent parce que s’ils s’en vont, le systeme s’effondre ? ” he interrogates the physician Grisoni. “On sait que quand on va s’arrêter, là, il y aura une vraie fracture, un vrai desert médical, sauf si on arrive à trouver des options. On doit organizer une médecine pour demain et assurer la transmission.”

A transmission qui n’est pas toujours easy à assurer puisque plusieurs arguments desuadent les jeunes médecins à s’installer dans des zonas rurales, éloignées ou isolées. Le fait de l’exercice isolé de la médecine décourage de plus en plus de praticiens, souvent englués dans des tâches administratives. As well as, the monetary circumstances “ne suffisent pas à attirer les médecins dans les deserts médicalaux”, notice Dr Grisoni who’s your counselor, Dr Cécilia Costa, jeune médecin généraliste put in depuis quatre ans à Ajaccio, s’oppose à l’ajout d’une quatrième année d’internat en médecine générale, à effectuer en priorité dans des zones où la démographie médicale est sous-dense.

Destinée à permettre l’affectación de futurs généralistes dans des “medical deserts”“, cette année supplémentaire va nuire à l’attractivité de la médecine générale, s’inquiète Cécilia Costa, vp of the Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins Libéraux de Corse (URPS-ML). “Avec cette 4e année d’internat, et donc une 10e année d’études médicales, près d’un étudiant sur deux remet le choix de la médecine générale en query”. Pour inverser la tendance il ya urgency des trouver des pistes “Qui ne sont pas simples à mettre en oeuvre et souvent en décalage avec the propositions du gouvernement. Il Faudrait qu’on écoute un peu plus les gens du terrain, it appears that evidently we’re conscious of the difficulties qu’on rencontre et ce n’est souvent pas le cas des gens qui décident.”

To incite the set up of practitioners in Corse, the jeune médecin, who’s concerned within the quotidien aussi bien dans l’exercice de la médecine libérale que dans son rôle d’élue au sein de l’URPS ML de Corse, porte un projet “qui a du mal à voir le jour” dont le principal objectif est d’inciter les jeunes médecins issus de la PACES de Corte à venir d’installer en Corse à la fin de leur cursus. “On se rend compte qu’il already énormément de leviers à activer pour donner ship aux jeunes de revenir s’installer ici même si le probleme est très vaste et touche l’ensemble du pays.” states Cécilia Costa.

Il ya en effet une concurrence entre les territoires pour attirer des jeunes médecins et pour trouver des options automotive the issue is international and A big a part of the nation is a medical desert. “As indicated by the ARS directive, Marie-Hélène Lecenne dans son intervention extraordinarily solemn It’s already an pressing job to answer these issues, it appears that evidently it’s doubtlessly in reason behind the identical steadiness of our democraties”. Don’t be concerned about Dr. Grisoni in response to what “C’est dans les territoires qu’il faut construir le futur, mener les combats et trouver les options.”

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *