Skip to content

Pourquoi n’a-t-on toujours pas trouvé de traitement contre cette maladie ?

Pres de 900,000 folks souffrent de la maladie d’Alzheimer en France. Ce chiffre ne fait qu’augmenter d’année en année. Automotive le predominant factoreur de risque de cette pathologie est l’âge et à mesure que l’espérance de vie augmente, le nombre de cas d’Alzheimer croît.

Bien que cette maladie ait été décrite pour la première fois il ya plus de cent ans, aucun traitement ne permet pour l’on the spot de faire reculer la dégénérescence du cerveau des personnes atteintes. Et encore moins de la faire disparaitre.

A délai à l’apparition des symptomes

S’il est si difficile de trouver un medicament contre cette maladie, c’est d’abord parce que les primers symptomes apparaissent vingt, voire trente ans après le début de l’affection. Relying on the time lapses, the neurons are significantly degraded. « Chez ces sufferers, le cerveau est déjà trop abîmé. Even when they cease the method of maladies, they can’t stay with passable mental and cognitive features”, explains Philippe Amouyel, director basic of the Alzheimer Basis and hospital practitioner on the CHU in Lille.

Plusieurs medicaments ont pourtant montré leur efficacité contre les lesions au niveau des neurones. “The three finest presently creating nettoient jusqu’à 80% des lesions des pacientes, au terme de l’essai”, assures Bruno Dubois, professor of neurology and member of the Académie de médecine. Malheureusement, even when ces traitements on permission to decrease ces lesions, les chercheurs sont rendu compte that the mémoire des malades ne revenait pas pour autant. «Or, on n’est pas là pour soigner des lesions, mais des symptomes, rappelle le professeur. Donc on était très déçu. »

Des essais sur des sufferers à un stade trop avancé

Si ces essais no montré no effet sur les symptômes, c’est peut-être parce que, jusqu’au milieu des années 2010, les medicaments étaient testés sur des pacientes dont la maladie était à un stade déjà bien avancé. Comme pour les autres maladies, les chercheurs attendaient qu’il y ait des symptomes pour effectuer les exams. « When a maladie d’Alzheimer advances, on a de telles lesions cerebrales. Il était illusoire d’espérer qu’on puisse revenir en arrière voire même bloquer les choses », se dit aujourd’hui Bruno Dubois.

Une fois fait ce constata, les chercheurs ont décidé d’inclure dans leurs essais des sufferers à un stade moins avancé de leur maladie. « After 5 to 6 years, on these medical trials sur des personnes soit à des stades très précoces de la maladie d’Alzheimer, soit à des stades d’atteinte légère des features cognitives dont on sait qu’elle va de comerir un Alzheimer » , explains Philippe Amouyel. Avec cette nouvelle method, les essais commencent à porter leurs fruits.

Mais il préfère prévenir, «even when on parvient à trouver un traitement qui fonctionne, il ne bénéficiera qu’aux sufferers ayant un Alzheimer extrêmement precoce ou ceux pour qui la maladie est déjà la mais dont les symptomes ne sont pas encore apparus. »

De faibles moyens financiers

Round 55.2 million persons are affected by Alzheimer’s illness or an obvious illness on the planet, in keeping with the World Well being Group. Une cible très massive – et une réelle manne financière – pour les laboratoires pharmaceutiques. Three massive laboratories are launched to the investigation of a traitment in opposition to this dégénérative illness. D’autant plus qu’en 2000, un travail prometteur a montré sur un modèle de souris une disparition des lesions d’Alzheimer après l’injection d’anticorps monoclonaux. « A l’époque, c’était spectacularaire, bear in mind the professor of neurology. Les laboratoires se sont tous engagés dans cette voie en se disant qu’ils avaiente trouvé la solución. »

Mais de la fin des années 1990 jusqu’à 2015, tous les medicaments mis en esai par de gros laboratoires se sont révélés être des échecs. Zero reply. Go d’utilisation. Pas de mise sur I marched him. « Ça a donné l’idee que c’était difficile de developper un medicament contre Alzheimer », regrette Philippe Amouyel. Une grosse perte financière pour les laboratoires pharmaceutiques qui avaient investi des milliards d’euros et de {dollars} dans ces recherches. « Ils ont donc ensuite moins investi dans ce secteur et ont préféré se tourner vers le most cancers ou les maladies infectieuses, pour lesquels les recherches étaient plus prometteuses », analyze Philippe Amouyel.

De nouveaux essais et medicaments

Extra selon le directeur général de la Fondation Alzheimer, depuis quelques années, des petits laboratoires, des start-up ou des sociétés de biotechnologie ont pris le relais. Ils met on the level of the molecules which might be ensuite examined in phases 1 and a couple of sur des sufferers plus précoces. « If the outcomes are attention-grabbing, the good laboratories are attention-grabbing and met in place les grandes essais cliniques. »

A medically experimental nouveau, le Lecanemab, vient d’ailleurs de recevoir une autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis. S’il presente des résultats prometteurs dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer, il peut provocateur de lourds effets secondaires. «On ne peut pas dire qu’on n’a pas de résultat. They’re comparatively modest, however they arrive », concluded Bruno Dubois.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *