Skip to content

Qui veut la peau de la médecine générale, et la mienne?

Hero Photographs by way of Getty Photographs A physician explains the value of treatment to the affected person.

Hero Photographs by way of Getty Photographs

J’aime mon métier… mais je le déteste lorsque les situations de travail ne permettent plus de soigner les sufferers comme je le devrais, et le déteste encore plus lorsqu’il me en hazard.

MEDECINE GENERALE – Pas une journée ne se passe sans que les sufferers ne plaignent. move joins Petit florilège d’une journée classique de ma vie de médecin généraliste:

«On ne peut plus vous voir, vos délais sont trop longs»;

« Il n’y a plus de dermato, plus de gynéco, plus de psychiatre » (Spécialité que je vous laisse décliner au choix) ;

« Ils ne prennent plus de nouveau affected person et de voir ça avec vous », ;

« Le spécialiste a dit que le rendez-vous irait plus vite si vous appeliez vous-même »;

« Le chirurgien veut que vous fassiez le bon de transporte » ;

« Le médecin du travail m’a mis en inaptitude mais veut que vous fasiez l’arrêt de travail »…

The medecine générale serait-elle turned a paillasson?

Les sufferers arrivent désormais en session avec leurs listses de doléances, des « submit it » of « choses à voir »“I’ll be taught for lengthy intervals of time Docteur, that is only for the interpreter of the outcomes, my certificates of sport, renewal of my order, I’ll have quite a lot of transportation and inform me what you consider the grain of magnificence… “.

Le médecin généraliste est un rempart, un recours, plus la muraille s’effrite, déagrégée por la désertification des troupes et l’entrain à dénigrer une spécialité à peine reconnue comme telle.

J’aime mon métier… Mais je suis en colère de le voir meurtri, denigré, maltraité.

J’aime mon métier… Mais je le déteste lorsque les situations de travail ne permettent plus de soigner les sufferers comme je le devrais, et le déteste encore plus lorsqu’il me en hazard.

J’aime mon métier… Mais je me sue ce qu’il devendra quand plus personne ne voudra l’exercer.

Des questions tournent en boucle dans ma tête

Combien de temps perdu chaque jour in ineffective mumps?

Why do the overall practitioners are seuls to devoir aller voir leurs sufferers in house visits when all different specialists are approved to them faire to come back to your cupboard in ambulance?

Pourquoi mon Bac +9 is returned rémunéré 25 euros intégralement remboursés alors qu’un « vitality coach » bill sans sourciller 90 euros? Ces 25 euros sont-ils réellement la valeur de la santé aujourd’hui en France… Ou son dishonneur?

Pourquoi les médecins généralistes sont-ils les seuls médecins exposés aux mesures coercitives (gardes, réquisitions, permanence de soins, tiers payant généralisé…) en préparation?

Pourquoi les internes de médecine générale seraient-ils les seuls à ser de bouche-trous? Outre à des fins économiques, quelle éthique à les envoyer sans concertation (ni encadrement) exercer à moindre coût dans des déserts Médicaux? Prolonger leur cursus et les dégoûter avant même leur diplôme solutionnera-t-il réellement les problematiques d’accès au soin?

Monsieur Braun vous affirmez vouloir rapidement « the outcomes ». breakingnews, nous généralistes, vous demandons avant tout des moyens. Espérions-nous a « thanks » ? Peut-être. Of the concertation, sans doute. Du respect additionally.

It appears that evidently lorsqu’il n’y aura plus personne pour assurer le premier recours, plus d’interne à contraindre, plus de généraliste à réquisitionner, pas certain qu’il suffise d’une nouvelle réforme pour résoudre quoi que ce soit, ni à Redorer le blason ou l’attractivité d’une spécialité sur laquelle vous avez craché depuis si longtemps… Et qui risquerait fort de disparaître si vous proceed ainsi à sur elle vous acharner.

À voir également sur Le HuffPost :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *