Skip to content

The CSMF requires the grève de la permanence des soins ambulatoires from 23



Dr. Franck Devulder

Paris, France — The Confederation of French Medical Unions (CSMF) the choice of lancer dès le 23 janvier prochain une grève de la permanence des soins ambulatoires (PDSA). They’re president, you Dr. Franck Devulder, nous clarify les raisons de la colère, qu’il s’agisse des négociations sur les revaluations tarifaires, du refus des “contraintes” du contract d’engagement territorial mais aussi de l’accès direct aux infirmiers en pratique avancée (IPA) – qui a été adopted par l’Assemblée nationale dans la nuit de mercredi à jeudi. Il revient aussi sur ce qui differencie les revendications de la CSMF de celles du collectif « Médecin pour demain ».

Medscape édition française : Pourquoi les negociations conventionnelles sont-elles interrompues ?

Dr Franck Devulder: Dans le cadre des negociations conventionnelles, nous avons, nous, l’ensemble des syndicats, determined to boycott a technical assembly that ought to be held on the nineteenth of January. Parler de ROSP ou de médecine verte au second où les députés de la majorityité, Stephanie Rist, thomas mesnier portent et discussent des projets de loi qui détricotent la médecine de ville, au second où l’on a vote dans le cadre du PLFSS 2023 un sous-Ondam de ville en-dessous de l’inflation, ne nous paraissait pas potential. Nous reviendrons à la desk des négociations solely lorsque le Parlement aura statue sur la loi Rist et lorsque le gouvernement aura ajouté une enveloppe pour la médecine libérale, à même de donner les moyens de satisfaire nos ambitions.

Nous reviendrons à la desk des négociations solely lorsque le Parlement aura statue sur la loi Rist et lorsque le gouvernement aura ajouté une enveloppe pour la médecine libérale.

Pouvez-vous nous dire pourquoi la loi Rist vous met en colère?

Dr Franck Devulder: Dans tous les cas, il ne s’agit ni de protectionnisme ni de corporatisme. Il suffit de comprendre connaissance des projections de la démographie française et de la démographie médicale, selon la Drees, pour comprendre que les médecins français ne vont pas manquer de travail, loin de la, et que par conséquent ils n’ont pas peur de se faire “voler” des missions par les paramédicaux. Nous ne sommes pas non plus opposes à l’évolution des métiers et nous considérons en effet que le statut des firmières en pratique avancée (IPA) constitue une avancée. Aujourd’hui les infirmières en pratique avancée se voient conferred par un médecin dans leur champ de compétence, dans un périmètre restreint, la prize en cost partille d’un affected person, dans le cadre d’une pathologie chronique stabilized. Cela libere du temps médical et cela améliore l’accès aux soins.

Mais la loi Rist proposes tout autre selected: cette loi proposes a direct entry to sure professionnels de santé, dont les IPA. Je rappelle qu’un IPA to a diploma à bac + 5, alors que le médecin a diploma à bac +12. Nous savons par ailleurs que nous aurons besoin de tous les professionnels de santé pour soigner la inhabitants, mais il faut que ces soins soient prodigués dans le cadre d’un exercice coordonné par des équipes de soins traitantes, sort maisons de santé, équipes de soins specialists, or primaries. Ce n’est pas dans une CPTS que ce travail coordonné peut avoir lieu automotive une CPTS est une construction qui promeut la reflexion et non l’effection. Il faut par ailleurs que ces prizes en cost soient protocolisées au degree d’un bassin de inhabitants, to outline, in accordance with scientific suggestions, the function of chacun des professionnels de santé.

Nous ne sommes pas opposés à l’évolution des métiers et nous considérons en effet que les infirmières en pratique avancée (IPA) constituent une avancée.

Partagez-vous les positions du collectif Médecins pour demain quant au rôle de l’IPA ?

Dr Franck Devulder: Non, nous ne remettons pas en trigger le champ d’motion de l’IPA tel qu’il est défini aujourd’hui. Nous tenons par ailleurs à préciser qu’il ne s’agit en rien d’une délégation de tâches. An IPA aujourd’hui ne peut pas décider de prendre en cost a affected person en maladie chronique. In revenge, il est vrai que l’facet tarifaire fait râler certains médecins. An IPA is rémunéré, amongst others, because of quatre forfaits dans l’année of 60, 40, 40, 40 euros and 180 euros for an et par affected person. Sure common practitioners should not completely satisfied to confirm that the quantity of the IPA passes is increased than the prize for session of a common practitioner. However the IPAs, from leur côté, are plaignent of a particularly fragile liberal financial mannequin, it appears that evidently the medecines ne leur belief pas suffisamment of sufferers. Il faut que nous nous rassurions les uns et les autres. Il faut revaloriser le travail des médecins, qui, s’ils assured des taches plus simples aux IPA, devront s’occuper de consultations plus complexes.

Sure common practitioners should not completely satisfied to confirm that the quantity of the IPA passes is increased than the prize for session of a common practitioner.

Defendez-vous la revendication de Médecins pour demain qui resendique un C à 50 euros?

Dr Franck Devulder: No, pas du tout. Right here, I attended a casual assembly of exchanges between all of the representatives of the medical unions, and also you understood « Médecins pour demain ». Nous partageons tous la même colère. À la CSMF, nous assumes notre responsabilité populationnelle, mais il faut s’en donner les moyens. Or, Cnam nous apply des circumstances unacceptables dans le cadre des négociations conventionnelles: par exemple, la Cnam souhaiterait that les médecins libéraux signent a contract les mettant à disposition de l’ARS, de gré ou de pressure, dans le cadre de la réserve sanitaire, en cas d’epidémie ou de vacances colaires. Il faut être déraisonnable pour penser que les médecins libéraux vont signer pareil contrat. La médecine libérale est libérale.

Pour revenir à votre query, nous défendons une hiérarchisation des consultations, de 30 euros a 105 euros, en fonction de leur complexité et de leur fréquence. The session of base might be at 30 euros, the session of sufferers in ALD s’élèverait à 60 euros three fois par an, the primary session of sufferers in ALD or of sufferers âgés might be 75 euros, the session of prévention s’élèverait à 105 euro.

Donc le C à 50 euros, nous n’y sommes pas favourables pour deux raisons. First raison: nous voulons valoriser le level travail, c’est-à-dire la façon dont on valorise an acte approach. Chaque level corresponds to a specification of this act. The variety of factors is ensuite multiplied by a coefficient price to determine the speed of this act. On adjoint à ce tarif le coût de la pratique, qui corresponding à l’environnement nécessaire pour la prize en cost de cet acte: secrétaire, bureauaux, endoscope, and many others. Or, ces tariffs sont bloqués depuis des années, dans le cadre de la nomenclature des actes médauxaux.

If we met in place the hiérarchisation des consultations, which can end in profiter aux spécialités cliniciennes, and the revaluation of the appearing methods, it prices 2.5 billion euros, it represents a big somme. In return, the revaluation of C to 50 euros might be actually extreme and coûterait between 7 and 9 billion euros, raison pour laquelle nous n’y sommes pas beneficial.

Deuxième raison: il faut à la fois répondre aux besoins des médecins ainsi qu’aux besoins de la inhabitants. Augmenter le C à 50 euros de manière brutale pourrait alterer l’accès aux soins, les médecins pourraient être amenés à lever le pied…

The revaluation of C to 50 euros might be actually extreme and can value between 7 and 9 billion euros, raison pour laquelle nous n’y sommes pas beneficial.

Plutôt que de proposer une nouvelle hiérarchisation des consultations, ne vaudrait-il pas mieux revoir le périmètre des consultations complexes et très complexes ?

Dr Franck Devulder: Oui, tout à fait c’est ce que l’on a fait. Cela été entendu par l’assurance maladie qui a repris à son compte une hiérarchisation des actes. Nous n’avons pas encore focus on des tarifs mais nous avons travaillé sur les contenus, qui doivent être simples, verifiables par l’assurance maladie. Likewise, the CSMF has proposed easy selections within the framework of the inhabitants engagement contract: for instance, for a common practitioner who has an lively file of 1000 sufferers, he doesn’t have a good day for sufferers to entry the hierarchisation of consultations, mais il doit s’engager à voir 10% de sufferers en plus. Ce n’est pas inaccessible. With a medical assistant, c’est tout à fait réalisable. Mais le président de la République has proposed the embarrassment of 10,000 medical assistants by 2024 alors qu’il already 120,000 free docs: ce n’est pas assez.

Avancez-vous d’autres revendications pour la grève du 23 janvier prochain ?

Dr Franck Devulder: Nous hurlons notre colère contre ceux qui ne jurent que par la coercion, la liberté de choix sélective. A pressure, il y aura de moins en moins de médecins. Le projet de loi porté par Thomas Mesnier n’est pas raisonnable: il veut supprimer la liberté d’set up et mettre en place une obligation individuelle de permanence des soins.

Nous hurlons notre colère contre ceux qui ne jurent que par la coercion, la liberté de choix sélective.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiology Sur Twitter.

Join Medscape newsletters : choose your alternative

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *